A chacun ses héros
Communiqués presse

Accueil
Remonter

 

     

Trentin 30 novembre 2015

Monument et parc pour le héros de Lasino « Dominico Bassetti »

Inauguration hier matin de l’ouvrage qui a été réalisé grâce au financement de certains entrepreneurs privés.

Autonomie            Sens de la repartie entre Stella (journaliste)  et Panizza  (Secrétaire du Parti autonomiste trentin et tyrolien, Franco Panizza est élu sénateur dans le collège uninominal de Trente, en coalition avec le Parti démocrate et la Südtiroler Volkspartei, le 25 février 2013)

 

Lasino. En marge de la solennité de l’événement pointé un peu comme polémique. Gian Antonio Stella, connu pour ses positions critiques contre le riche autonome  Trentin, a souligné dans son discours l’apparition d’italianité dans l’attitude de Dominico Bassetti (une page sur la figure liberal/renouveau italien, dans le Trentin, cela serait certainement approfondie), qui n’a pas échappé au sénateur Panizza, qui dans une seconde intervention, a remarqué la valeur de l’autonomie du Trentin (et de Schutzen) comme un modèle très apprécié par les responsables politiques nationaux et considérée comme une terre de cohabitation pour les nouveaux immigrants.

Un chaud soleil d’hiver accompagnait en fin de matinée l’inauguration du monument de marbre de l’émigrant Domenico Bassetti (Nico) de Lasino, qui en 1867 l’avait quitté avec sa famille et d’autres, pour fonder en Algérie à  une cinquantaine de kilomètres d’Alger, la colonie de Palestro, en mémoire de la victorieuse bataille remporté par les franco-piémontais lors de la 2ème guerre d’indépendance. C’est pourquoi Dominico Bassetti était un libéral de sentiment pro-italien. L’histoire de l’émigrant Trentin et de 62 autres hommes colons de Palestro finit malheureusement en massacre, suite à l’incursion de certaines tribus indigènes Kabyles, qui détruisirent et tuèrent les défenseurs, et firent prisonniers les femmes et les enfants.

C’est un monument à la douleur, comme souligné par le journaliste Gan Antonio Stella (chroniqueur au Corriere della Sera), qui est le véritable auteur de l’initiative, passionné par cette triste histoire  et réalisé par les responsables de l’entreprise « Margraf » de Chiampo » (Chiampo est une commune italienne de la province de Vicence dans la région Vénétie en Italie) pour la construction de la précieuse statue de marbre, œuvre du sculpteur Enrico Paquale. En fait Domenico Bassetti est représenté comme un héros avec un fusil à la main pour défendre son peuple venu sur le sol africain, chercher le rêve  d’une paix sociale et libertaire, (la statue est la copie de celle qui avait été réalisée à Alger par les Français et qui a été détruite en 1962 avec l’indépendance algérienne).

Pour les honneurs en plus, la Banda di Calvino et pour essayer de réchauffer un peu l’atmosphère rigide, le maire Eugenio Simonetti et de nombreuses autorités locales civiles et militaires et particulièrement apprécié la présence du maire de Palestro avec bannière (Palestro est une commune italienne de la province de Pavie en Lombardie), le maire de Chiampo : Matteo Macilotti, et surtout Franco Masello et les membres de la firme Margraf, non seulement parce qu’elle a fait don de la statue à la commune de Lasino mais aussi pour leur leçon, c’est-à-dire des entrepreneurs qui semblent  sortir des sentiers traditionnels pour laisser place à la solidarité (parmi les autres bailleurs de fonds de la « Ville de l’espoir » dans le pavillon de Padoue pour les enfants atteints de leucémie).

Dans une société dominée par la généralisation allant à l’indifférence, nous devons redécouvrir la « valeur du héros » (en ce sens Domenico Bassetti la représente). Cela se traduit dans la pratique quotidienne de chacun d’entre nous, alors il est nécessaire de faire quelque chose de positif pour reconstruire un monde qui nous détruit. L’acte héroïque n’appartient à aucun clocher mais doit être évalué par ce qui est fait par un homme.

C’est aussi une petite dramatisation créée par la lecture des lettres de Mauro Neri. (Trento 1950, journaliste et écrivain italien. Il consacre l’essentiel de son œuvre littéraire au monde de l’enfance et de l’adolescence, il a écrit plus de 200 livres y compris de nombreux contes de fées, des histoires et des romans)

Puis suit la bénédiction du monument par Luigi Benedetti, le prêtre de la paroisse, dans le parc appelé lui aussi du nom du héros de Lasino.

Mariano Bosetti                                        

Photo : Le retrait du voile couvrant le monument, par des descendants de Bassetti